Benoît Hamon

Il a dit

« Je n'accepte plus ces anti-lumières qui s’appellent Marine Le Pen, Zemmour ou Dieudonné [...] Je dis ça suffit, il est temps de réagir, que la République abatte son bras implacable contre ses ennemis. »

  • Discours à Carmaux, 21 avril 2017


« C'est parce que je pense qu'il est dangereux de se droguer qu'il faut légaliser. »

  • « Hamon : Parce qu'il est dangereux de se droguer, il faut légaliser », Mathilde Siraud, LeFigaro.fr, 18 février 2017 (lire en ligne)


« Arrêtons de faire de l'Islam un problème de la République. »

  • France Inter, 23 janvier 2017

« Aujourd'hui, sur 100 migrants, 2 viennent en Europe et sur ce chiffre 1,5 va en Allemagne. Demain, nous devons prendre en charge ces gens car ils sont persécutés, plutôt que de les laisser dans les mains des passeurs. Ce ne sont pas des marchandises. Nous devons en accueillir, le nombre dépendra du flux de réfugiés. La réalité c'est de se poser la question "Sommes-nous à la hauteur de nos valeurs, de la patrie des droits de l'homme ?" Non, nous n'avons pas été à la hauteur quand nous en avons accueilli si peu. Nous pouvons accueillir davantage. »

  • Second débat de la primaire du Parti socialiste, BFM TV-I-Télé-RMC, 15 janvier 2017


« On gagne de l’argent grâce à l’activité des réfugiés »

  • « 19h Ruth Elkrief », BFM TV, 3 janvier 2017


Sur l'interdiction faite aux femmes de se rendre dans les cafés de certaines banlieues françaises : « Historiquement, dans les cafés ouvriers, il n'y avait pas de femmes... »


Le moteur du djihad selon Benoît Hamon : « Quand on fait davantage l'expérience de l'inégalité, de la discrimination et de l'islamophobie, alors qu'on a été un bon élève, un bon étudiant et, qu'on a bien travaillé, et qu'on vous écarte de tout, oui il y a du dépit à l'égard de la France et de ses capacités à honorer ses promesses de liberté, d'égalité et de fraternité. »

  • « L'Émission politique », France 2, 8 décembre 2016

« Cette résolution est conforme à ce que nous avons toujours défendu. Elle est d'autre part, tout à fait opportune sur le plan électorale. Il s’agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat des banlieues et des quartiers, qui n’a pas compris la première prise de position pro-israélienne de Hollande, et qui nous a quittés au moment de la guerre à Gaza. »

  • Le Canard enchaîné, 19 novembre 2014
Le Canard enchaîné, 19 novembre 2014 — « Il s’agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat des banlieues et des quartiers »

« La rupture a été terrible : la température, la culture, la manière de vivre, les odeurs, tout était trop différent. Quand je suis rentré à Brest, j'ai trouvé la ville très blanche. Pour être très honnête, j'ai même trouvé qu'il y avait trop de blancs puisque Brest est une ville sans immigration. Cette attirance pour les autres cultures a certainement favorisé mon engagement politique. »


« J'ai été très tôt confronté à la diversité des origines, il y avait dans ma classe environ quatorze nationalités différentes et cela m'a profondément marqué. »


« À mes yeux, la normalité était devenue la différence. Je n'ai pas compris la haine du mélange que j'ai perçue. »

  • Le Point, 9 août 2007


« J'écoute NTM, quand ma nana n'est pas là. »


« Plus je vieillis, plus je me radicalise. »

  • Acteurs publics, mai 2006

Ils ont dit de lui

« Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste »

Sa nébuleuse