Christiane Taubira

Elle a dit

« Dans nos valeurs, l’Education vise à arracher les enfants aux déterminismes sociaux et religieux et d’en faire des citoyens libres. »

  • Assemblée nationale (le compte rendu intégral de la deuxième séance du dimanche 3 février 2013 rapporte une formulation légèrement différente que celle qui a été très largement rapportée dans les médias, ici reproduite), 3 février 2013


« L’acte que nous allons accomplir est beau comme une rose dont la tour Eiffel assiégée à l’aube voit s’épanouir enfin les pétales. Il est grand comme un besoin de changer d’air, fort comme l’accent aigu d’un appel dans la nuit longue. »

  • Alors ministre de la Justice sous le gouvernement Jean-Marc Ayrault, citant le poète Léon-Gontran Damas en conclusion de son discours d’ouverture du débat concernant le projet de loi ouvrant le mariage aux « couples de même sexe », à l’Assemblée Nationale, le 29 janvier 2013, « Mariage pour tous : la leçon d’histoire de Taubira, la fronde de la droite », Le Monde, 9 janvier 2013


« C’est une réforme de société et on peut même dire une réforme de civilisation [...]. Nous ne faisons qu’ajuster le droit à une réalité sociale et humaine. »

  • Alors ministre de la Justice sous le gouvernement Jean-Marc Ayrault, interrogée au sujet du projet de loi sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels, entretien, Ouest-France, 7 novembre 2012


« Les enjeux du présent expliquent ces relectures du passé. Christiane Taubira déclare sans ambages qu'il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes » « ne portent pas sur leur dos tout le poids de l'héritage des méfaits des Arabes ». Ces logiques communautaires influent aussi sur le projet mémoriel La Route de l'esclave, décidé en 1993 par l'Unesco : Roger Botte, chercheur au Centre d'études africaines du CNRS, constate qu'il privilégie également la traite transatlantique du fait de « la pression des représentants du monde arabe et des États africains ».


« J'ai lu Marx et Le Petit livre rouge, mais je n'ai jamais été ni mao ni trotskiste. »

  • Le Figaro, 3 décembre 2001


« Je n'ai pas eu la chance de connaître mai 68, mais je me suis passionnée pour la réunification d'Haïti avec Saint-Domingue, pour les Tupamaros (révolutionnaires terroristes marxiste), pour le Vietnam, pour les Cent Fleurs de Mao (c'est-à-dire la Révolution des Gardes Rouges). »

  • Le Figaro, 3 décembre 2001

Sa nébuleuse