Christophe Barbier

Il a dit

« On a l'impression d'assister au spectacle de cette France moisie que dénonceront certains intellectuels. »


« Se confronter au terrain pollue l’esprit de l’éditorialiste. Son rôle est de donner son opinion, d’affirmer ses certitudes, par essence improuvables. Afficher avec force ses convictions permet aux lecteurs de s’y frotter pour former les leurs. »

  • « Christophe Barbier : "Se confronter au terrain pollue l’esprit de l’éditorialiste" », Mégane Arnaud et Cassandre Dumain, Le Journal du dimanche, 14 avril 2017 (lire en ligne)


« Si Emmanuel Macron devient président, ce sera un phénomène révolutionnaire ! »

  • « Si Emmanuel Macron devient président, ce sera un phénomène révolutionnaire ! », Christophe Barbier, L’Express, 31 août 2016 (lire en ligne)


Christophe Barbier 1.jpg

« Ils ont raison ces professeurs, ces médecins et autres qui pensent qu’il faut autoriser la procréation médicalement assistée (PMA). En effet, en l’interdisant on ne crée pas un droit, on crée une inégalité. Il y a ceux qui peuvent aller en faire une à l’étranger et ceux qui n’ont pas les moyens. »

  • Éditorial, L’Express, 18 mars 2016


« Admettons que l’on ferme toutes les salles à Dieudonné, il a un million et demi ou deux millions de vues sur internet, que fait-on derrière ? […] Internet n’est pas un no man’s land. On peut aussi combattre sur internet juridiquement ceux qui violent la loi, et notamment la loi Gayssot. On peut y aller, il suffit que les autorités s’en donnent les moyens [...]. Internet est un champ d’impunité parce que ça part dans tous les sens. Mais ça se régule aussi internet ! Entre nous, les Chinois y arrivent bien. »

  • « Les Grandes Gueules », RMC, 3 janvier 2014


« [...] il existe une série d’épisodes historiques qui ont permis de trancher, si j’ose dire, entre le « bien et le mal », entre ce qui est de Gauche et ce qui ne l’est pas. »


« L’immigration est une bonne chose pour la France, une très bonne chose pour la vitalité française. »

  • Éditorial, L’Express, 13 novembre 2012

Sa nébuleuse