François Bayrou

Sommaire

Il a dit

« Il y a une chose qui m'a frappé, c'est que ces migrants fuyant la misère et la peur, ils ne cherchent pas à venir en France. Il y a là quelque chose en relation à l'image que notre pays a désormais. Même les migrants les plus défavorisés ne veulent pas venir en France. C'est un signe inquiétant, ça me fait un peu honte. »

Ils ont dit de lui

Corinne Lepage

« Lorsque j'ai été élue au Parlement européen en 2009, le Modem avait exigé de moi qu'un de mes assistants parlementaires travaille au siège parisien. J'ai refusé en indiquant que cela me paraissait d'une part contraire aux règles européennes et d'autre part illégal. Le Modem n'a pas osé insister mais mes collègues ont été contraints de satisfaire cette exigence. Ainsi, durant cinq ans, la secrétaire particulière de François Bayrou a été payée… par l'enveloppe d'assistance parlementaire de Marielle de Sarnez, sur fonds européen. »

  • Les mains sales, 2015, Corinne Lepage
  • « Emplois fictifs au Modem ? Les grandes lignes de l'affaire qui agite les réseaux sociaux », La rédaction, Atlantico, 01/03/2017 (lire en ligne)


Michel Houellebecq

« Le vieux politicien béarnais, battu dans pratiquement toutes les élections auxquelles il s'était présenté depuis une trentaine d'années, s'employait à cultiver une image de hauteur, avec la complicité de différents magazines ; c'est-à-dire qu'il se faisait régulièrement photographier, appuyé sur un bâton de berger, vêtu d'une pèlerine à la Justin Bridou dans un paysage mixte de prairies et de champs cultivés en général dans le Labourd. »

  • Soumission, Michel Houellebecq, éd. Flammarion, 2015, p. 151


« Ce qui est extraordinaire chez Bayrou, ce qui le rend irremplaçable, poursuivit Tanneur avec enthousiasme, c'est qu'il est parfaitement stupide, son projet politique s'est toujours limité à son propre désir d'accéder par n'importe quel moyen à la magistrature suprême, comme on dit ; il n'a jamais eu, ni même feint d'avoir la moindre idée personnelle; à ce point, c'est tout de même assez rare. ça en fait l'homme politique idéal pour incarner la notion d'humanisme, d'autant qu'il se prend pour Henri IV, et pour un grand pacificateur du dialogue interreligieux ; il jouit d'ailleurs d'une excellente cote auprès de l'électorat catholique, que sa bêtise rassure. »

  • Soumission, Michel Houellebecq, éd. Flammarion, 2015, p. 152


Sa nébuleuse