Hervé Le Bras

Il a dit

« Je ne suis pas contre l'idée d'un Grand Remplacement. [...] Ce Grand Remplacement est particulièrement utile à l'humanité et au progrès »


« Le regain actuel d’interrogations sur les origines doit beaucoup aux vagues d’immigration qui se sont succédé depuis le XIXe siècle [...] Ils ont dépassé les 2 millions durant l’entre-deux-guerre, puis les 3 millions à partir de 1975. Le véritable apport à la population française n’est donc pas celui des Gaulois, des Basques, des Francs, des Wisigoths ou des Sarrasins, maintenant largement disséminés dans toute la population mais celui de ces nouveaux acteurs. »

  • Hervé Le Bras, directeur d’études à l’Institut national d’études démographiques (INED), enseignant à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) dans son « Enquête sur le peuplement de la France », publié dans L’Histoire, n° 326, décembre 2007, pp. 47-49

Sa nébuleuse