Louis Antoine de Saint-Just

Il a dit

« Il n’y a point de prospérité à espérer tant que le dernier ennemi de la liberté respirera. Vous avez à punir non seulement les traîtres mais les indifférents ; vous avez à punir quiconque est passif dans la République et ne fait rien pour elle ; car, depuis que le peuple français a manifesté sa volonté, tout ce qui lui est opposé est hors le souverain ; tout ce qui est hors le souverain est ennemi. »

  • « Discours de Louis-Antoine Saint-Just sur le gouvernement révolutionnaire », 10 octobre 1793


« Ce que nous pouvons qualifier d'inappréciable dans la pénurie des circonstances et les embarras du moment, c'est aussi la découverte d'une méthode pour tanner, en peu de jours, les cuirs qui exigeaient autrefois plusieurs années de préparation. On tanne, à Meudon, la peau humaine, et il en sort de cet atelier qui ne laisse rien à désirer pour la qualité, ni pour la préparation. Il est assez connu que le citoyen Philippe-Égalité porte une culotte de la même espèce et de la même fabrique, où les meilleurs cadavres de suppliciés fournissent la matière première. La peau qui provient des hommes est d'une consistance et d'un degré de bonté supérieure à celle des chamois. Celle des sujets féminins est plus souple, mais elle présente moins de solidité, à raison de la mollesse de son tissu. »

  • « Rapport d’une commission des moyens extraordinaires pour la défense du pays », 14 août 1793, in Souvenirs de la marquise de Créquy, vol. 8, éd. H.-L Delloye, 1840, p. 172