Pierre Bergé

Il a dit

« Je suis pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France. »

  • « On refait le monde », RTL, 26 septembre 2013
Tweet relayé par Pierre Bergé, 17 mars 2013 — « Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de #laManifpourTous, c’est pas moi qui vais pleurer »

« Évidemment qu'ils sont homophobes, en tous cas, pour la plupart d'entre eux. Chacun a son bon PD, comme chacun avait son bon juif. [...] Cet humus antisémite, anti-gay et anti tellement de choses, il existe, et le nier me semble un peu trop facile. »

  • BFM, 25 janvier 2013

« Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l'adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ? C'est faire un distinguo qui est choquant. »

  • Le Figaro, 16 décembre 2012

« Le dimanche a des relents étranges. Ce fut pendant des siècles le “jour du seigneur”. Il ne fallait pas travailler pour mieux se consacrer à Dieu et mieux prier ? En un mot, la conception même du dimanche est réactionnaire. Aujourd’hui, alors que les églises se vident, il serait sain que les boutiques comme les musées et les cinémas se remplissent. »

  • Globe Hebdo, 11 août 1993

« Fais en sorte que l’idée d’humanité excède en toi celle de toute autre communauté. Fais-toi citoyen du monde autant qu’il est possible. Les États, en d’autres termes, comptent moins que le destin de l’humanité. Lorsqu’ils deviennent des obstacles au progrès de la paix, les États doivent s’effacer devant la loi commune. […] Ou bien la défense invétérée, obscurantiste des “nations”. Ou bien la décision résolue d’assumer des paris raisonnables dont pourrait sortir le progrès de l’humanité. [...] Non à ce qui nous enracine, oui à ce qui nous libère de nos racines ; non à ce qui nous rend tributaire d’une concrète, trop concrète communauté, oui à ce qui nous inscrit dans un espace symbolique plus abstrait. L’Europe est un de ces espaces. Si je suis européen, c’est parce que l’Europe nous éloigne de l’obscure magie des racines, des terroirs et des appartenances trop simples. »

  • Liberté, j'écris ton nom, éd. Grasset, 1991

« J’aimais ce mélange de Beurs, de juifs, d’Arabes, de métis et d’indistincts comme moi. J’aimais ces métèques [...]. J’ai toujours su que le meilleur de la France était fait de races diverses, brassées au cours de siècles, et que le métissage lui apportait le sang neuf dont elle avait besoin. J’ai parfois même regretté d’être à ce point franco-français et de n’avoir pu trouver chez mes ancêtres la moindre origine étrangère. »

  • Liberté, j'écris ton nom, éd. Grasset, 1991
La Patrie mondiale, journal fondé par Pierre Bergé et Garry Davis, numéro 2, février 1949

Sa nébuleuse