Terra Nova

Ils ont dit

« Proposition 1 : Intégrer au moins deux nouvelles dates importantes dans le compte des jours fériés, le Kippour et l'Aïd-el-kébir, en supprimant les deux lundis fériés qui ne correspondent à aucune solennité particulière. »

  • Les deux lundis évoqués sont le lundi de Pâques et le lundi de Pentecôte
  • « L'émancipation de l'islam de France », Alain Christnacht et Marc-Olivier Padis, Terra Nova, 22 février 2017 (lire en ligne)


« Je pense qu'il faut pointer un fait qui me paraît important dans cette affaire, c'est la misère sexuelle des jeunes hommes de ces milieux qu'ils soient réfugiés ou qu'ils viennent d'autres horizons [...]. Il faut bien voir qu'il y a dans ces pays une jeunesse très nombreuse, des hommes parmi cette jeunesse, des jeunes hommes confrontés au chomage de masse, longtemps, dans des cultures où il n'est pas facile d'avoir un apprentissage sexuel, de rencontrer des femmes en dehors du mariage et des jeunes qui souvent n'ont pas les moyens en plus de se marier. Cette misère sexuelle est très grande et la frustration de ces populations peut être également très grande. »

  • Thierry Pech, « L'Esprit public », France Culture, 17 janvier 2016


« Les dernières projections nous prédisent une victoire du Front National en France lors des élections européennes du 25 mai prochain. Une telle issue serait dramatique pour l’avenir de notre pays comme pour celui du projet européen. Il est encore possible de l’éviter : il reste quelques jours pour nous mobiliser afin que le FN ne soit pas demain le premier parti de France. [...]

La victoire du FN légitimerait en outre des propositions irresponsables. L’euro et l’Europe d’aujourd’hui ne sont pas satisfaisants, c’est un fait. La crise des dettes souveraines a amplement souligné les défaillances de la monnaie unique et les insuffisances démocratiques de l’Union européenne ; les politiques d’austérité conduites à grande échelle et à contre-temps ont été une erreur coûteuse pour les peuples. Mais refuser l’Europe et sortir de l’euro précipiteraient la France et le continent dans une crise aux conséquences économiques et sociales encore plus graves et durables que celles de 2008.

Nous appelons donc chacun à bien mesurer l’importance capitale du scrutin de dimanche prochain, ainsi que l’impérieuse nécessité d’y participer et, ce faisant, de faire barrage à ce qui serait une lourde et coûteuse défaite collective. »


« Alors que le débat autour du mariage pour tous attise les violences homophobes, il est urgent de prendre des initiatives de fond pour refaire société. Pour garantir une réelle égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels, notre système juridique doit lui aussi évoluer. Dans cette note, Sophie Lemaire et Mehdi Allal proposent d’enrichir le principe d’égalité énoncé dans l’article premier de la Constitution française, en mentionnant l’orientation sexuelle, afin de mettre un terme à la hiérarchisation institutionnelle des discriminations. »


« Les choses sont en train d'évoluer dans le bon sens. Il y a dix ans, il était impossible de dire pour un maire qu'il avait accepté la construction d'une mosquée sur son territoire. Aujourd'hui, on en est à pinailler sur la taille des minarets. De la même manière pour le voile : il a y a dix ans, la commission Stasi réfléchissait sur le voile ; aujourd'hui on en est au niveau du hijab. Donc on a rajouté un mètre à la taille du tissu. Plus personne ne conteste l'existence du voile islamique dans la rue, alors que c'était le cas à l'époque. Donc on évolue dans le bon sens ; on est en train de voir apparaître les visages de la diversité dans notre paysage, dans les média, en politque ; ça commence. »

  • Olivier Ferrand, France Culture, 3 septembre 2011


« La France de la diversité est presqu’intégralement à gauche. [...] Nous vivons un renversement historique : l’électorat féminin, hier très conservateur, a basculé dans le camp progressiste. [...] La nouvelle gauche a le visage de la France de demain : plus jeune, plus féminin, plus divers, plus diplômé, mais aussi plus urbain et moins catholique. [...] Car la France de demain réunit avant tout les "outsiders" de la société, ceux qui cherchent à y rentrer, notamment sur le marché du travail [...]. Ces « outsiders » ont besoin de l’aide de la puissance publique pour surmonter les barrières qui se dressent devant eux : ils ont besoin d’un Etat qui les aide à s’émanciper, à briser le plafond de verre. Ils sont soutenus par les plus intégrés (les diplômés), solidaires de ces « exclus » par conviction culturelle. [...] la classe ouvrière n’est plus le cœur du vote de gauche, elle n’est plus en phase avec l’ensemble de ses valeurs, elle ne peut plus être comme elle l’a été le moteur entraînant la constitution de la majorité électorale de la gauche. [...] En voie de dédiabolisation, et donc bientôt fréquentable, le FN de Marine Le Pen a opéré un retournement sur les questions socioéconomiques, basculant d’une posture poujadiste néolibérale (anti-Etat, anti-fonctionnaires, anti-impôts) à un programme de protection économique et sociale équivalent à celui du Front de gauche. Pour la première fois depuis plus de trente ans, un parti entre à nouveau en résonnance avec toutes les valeurs des classes populaires : protectionnisme culturel, protectionnisme économique et social. Le FN se pose en parti des classes populaires, et il sera difficile à contrer. »


« Le PS est traumatisé par l'Europe, et ce depuis longtemps. Il est grand temps de reprendre la main à gauche. Et pour ce chantier, il faut recruter du sang neuf chez les intellectuels et les politiques. »

  • Olivier Ferrand, idée@jour, 6 juin 2009

Leur nébuleuse